Saint-Aubin-du-Cormier sur les réseaux sociaux

Participer aux inventaires

Augmenter la taille des caractèresRéduire la taille des caractèresEnvoyer cette page à un amiImprimer la pageIcone TwitterIcone facebook

Les sciences participatives

Afin d'élaborer l'ABC, mais aussi pour le rendre vivant, nous avons besoin de votre contribution.

Il existe plusieurs programmes de sciences participatives. Ce sont des petits protocoles, simples et rapides à mettre en oeuvre, qui ne nécessitent pas de grandes connaissances naturalistes, juste un peu de curiosité. On peut s'intéresser aux oiseux, aux escargots, aux papillons, aux pollinisateurs, aux plantes sauvages ou encore aux vers de terre.

Découvrez les programmes que nous avons sélectionnés. (en cours de construction)

Exemples de programmes de sciences participatives

Toutes les informations sont utiles. Vous avez vu un hérisson, une chouette, des hirondelles, une salamandre... Faites-nous part de vos observations.

Envoyez vos observations, vos questions vos remarques à : atlas.biodiversite@ville-staubinducormier.fr

Elles sont arrivées, les hirondelles !

Les premières hirondelles, peu nombreuses, ont été observées à la toute fin du mois de mars au dessus de l'étang de SAINT-AUBIN-DU-CORMIER.

Contribuez à leur recensement en indiquant sur/dans quel batiment vous avez repéré des nids, dans quelle marelle vous les avez vues prélever de la boue, au-dessus de quelle prairie ou pièce d'eau vous les avez vues chasser. atlas.biodiversite@ville-staubinducormier.fr

L'hirondelle rustique

L’hirondelle rustique est très reconnaissable grâce à sa gorge rouge brique et à sa queue munie de deux long filets bien visibles en vol. Elle niche plutôt dans les étables, ou autres granges, où des solives sont apparente et l’accès est garanti. Son nid est fait de brindilles sèches, brins d’herbe, paille et poils d’animaux cimentées par de la boue récupérée dans des flaques. (visuel à venir)

L'hirondelle des fenêtres

L’hirondelle des fenêtres est noire sur le dos et blanche sur le torse ; elle ne possède pas de tache rouge. Sa queue est plus courte, dépourvue de filets. l’hirondelle des fenêtres niche à l'extérieur des bâtiments dans des nids semblables à ceux de sa cousine qu'elle construit dans l’angle d’une fenêtre ou sous un débord de toiture. (visuel à venir)

Le martinet noir

Le martinet noir est plus grand que les hirondelles, intégralement noir (avec parfois une tâche plus claire sous la gorge). Il est très reconnaissable au cri strident qu'il pousse en vol. A l’origine, le martinet noir nichait sur des parois rocheuses. Désormais oiseau urbain, il a délaissé le milieu naturel et s'est adaptée aux constructions humaines. Profitant d'anfractuosité entre les pierres, le martinet noir niche dans les murs ou sous les toits des vieux bâtiments. (visuel à venir)

Ils sont menacés

Le changement climatique impacte nécessairement les populations de ces oiseaux migrateurs. En particulier, en désynchronisant la période de développement de leurs proies de leur retour de migration. L'usage de produits phytopharmaceutiques dans l'agriculture nuit également aux populations d'hirondelles et de martinets en éliminant nombre d'insectes, base de leur alimentation. Mais, moins évident, la modification des modes constructifs influe aussi sur les populations d'hirondelles et de martinets. En effet, les murs sans brèches et les débords de toitures réduits de nos nouvelles constructions n'offrent plus de caches ou de supports pour les nids. Sans évoquer nos dépendances hermétiquement closes (garages et autres abris de jardins). De même, dans la rénovation des bâtiments anciens, le jointoiement des murs et murets, la pose de nouvelles menuiseries souvent au plus près du nu extérieur des murs, suppriment les caches et les supports habituels pour ces oiseaux.

Ils sont protégés

Hirondelles et martinets sont intégralement protégés. Il est donc interdit de les capturer et surtout défendu de détruire les nids, même inoccupés.

Consulter l'arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection

A savoir ! La construction d'un nid demande un important déploiement d'énergie pour ces petits oiseaux. A leur retour de migration, les hirondelles cherchent dnc d'abord à conforter un nid existant avant d'envisager en construire un nouveau. Elles se livrent donc une rude concurrence pour récupérer les meilleurs nids. Un concurrence renforcée si des nids ont été détruits ou sont désormais inaccessibles.

On peut les acceuillir chez soi

Pour l'hirondelle rustique, on peut créer un solivage (faux plancher) sur tout partie d'un préau ou autre abri isolé du vent. Si l'on a repéré des nids dans une dépendance, on veillera à laisser un entrée pour les hirondelles.

Pour l'hirondelle des fenêtres, des nids préfabriqués peuvent être installés sous les débords de toiture, sur des façades isolés des vents dominants.

Pour le martinet noir, c'est surtout lors de la restauration du bâtis ancien que l'on peut agir. On peut, pa exemple, essayer de repérer des entrée potentielles dans les murs ne pas les condamner lors de la réfection des joints.

Les solutions proposées ci-dessus sont données à titre d'exemples et ne sont pas garanties. Attirer des hirondelles ou des martinets peut prendre plusieurs années... Mais il devient urgent d'essayer !

Avis de recherche : le hérisson d'Europe

En mars, le hérisson d’Europe sort de son hibernation. Cet animal nocturne chasse du crépuscule à l’aube. Il se délecte d'escargots, de limaces, de vers, de baies et d'insectes en tous genres. C’est un grand ami des jardiniers et il est possible de l’accueillir dans son jardin !

La mortalité routière du hérisson d’Europe est l’une des principales menaces qui pèsent sur les populations de ce petit mammifère. Et cette période de l’année est la plus critique puisque le hérisson part en chasse à l’heure où nous rejoignons nos foyers, ou bien rentre à l’heure à laquelle nous les quittons.

Participez à recenser le hérisson d’Europe en signalant tous les animaux que vous voyez, y compris ceux qui se sont fait écraser. Profitez-en pour observer votre environnement : grenouilles, oiseaux, petit et grand gibier… et transmettez-nous vos observations à : atlas.biodiversite@ville-staubinducormier.fr

 

A savoir ! Un hérisson perdu en plein jour est un hérisson en détresse. Lui porter secours est tentant. Mais attention : l’ingestion de pain ou de lait de vache peut lui être fatale. On peut alors lui mettre à disposition de l'eau, voire de la nourriture pour chat ou chiot, en attendant qu’il puisse retrouver son chemin ou un nouveau gîte.