Saint-Aubin-du-Cormier sur les réseaux sociaux

Saint-Aubin et l'histoire

Augmenter la taille des caractèresRéduire la taille des caractèresEnvoyer cette page à un amiImprimer la pageIcone TwitterIcone facebook

Saint-Aubin-du-Cormier fait partie des Marches de Bretagne, ancienne zone frontalière qui séparait le Duché de Bretagne du Royaume de France, au temps où la Bretagne était indépendante. Entre le 5e et le 15e siècle, des forteresses, grandes ou plus petites, furent construites pour former une ligne de protection.

Les origines de la ville

L’histoire de la ville de Saint-Aubin-du-Cormier débute vers 1225 avec la construction du château. Celui-ci aurait été élevé par le duc Pierre Mauclerc pour tenir en respect les barons de Vitré et de Fougères et fermer la frontière entre la Bretagne, indépendante à l’époque, et la France.

Au cours des 13e, 14e et 15e siècles, la ville était régulièrement assiégée et saccagée. Afin de la protéger, le duc de Bretagne fit construire en 1450 une seconde enceinte autour du château et de la ville close.

Une bataille décisive

En 1488, une bataille sanglante éclate à l’ouest de la Ville, sur le site de la Lande de la Rencontre. Cette attaque, diligentée par l’armée française, avait pour objectif de réunir le duché breton au royaume de France. Environ 6 000 bretons et 1 500 français perdirent la vie lors de cette journée qui sonna le glas de l’indépendance bretonne.

Après cette victoire de la France sur la Bretagne, le roi Charles VIII fit raser le château et couper en deux le donjon. Symboliquement, seule la façade est, tournée vers la France vainqueur, fut conservée. Aujourd’hui, les ruines du château, que l’on peut découvrir en allant se promener sur les rives de l’étang, témoignent toujours de cet épisode marquant de l’histoire de la Bretagne.

Une activité commerçante intense

Par la suite, la position géographique de Saint-Aubin-du-Cormier sur l’axe Rennes-Fougères a permis le développement d’une activité commerçante importante, particulièrement au cœur de la ville, autour de la place Alexandre Veillard. En effet, jusqu'au milieu du 19e siècle, des halles s'élevaient au centre de cette place et faisaient de cet endroit le centre névralgique de la cité. En 1848, l’application d’un plan d’alignement entraine la destruction de l'ancienne église, des halles et, on peut l'imaginer, de certaines maisons qui bordaient cette place et qui abritaient des boutiques. En 1877, de nouvelles halles furent construites à proximité de l’actuelle mairie.

Partez à la découverte de Saint-Aubin et de ses secrets
en suivant notre circuit découverte.